Interview Eric Coquard : Le responsable d’un datacenter nous explique comment il a imposé Centreon

Avec Centreon, les collaborateurs de cette entreprise du transport ferroviaire sont en mesure de déterminer rapidement les points de blocage dans leur SI et de gagner ainsi un temps précieux.

” En dernier lieu, il ne manquait plus qu’une assistance technique pour la gestion de certains points comme la métrologie du SAN ou l’utilisation d’un plugin plus élaboré pour les serveurs ESX. Ce fut fait, il y a quelques mois, avec la venue d’un intervenant MERETHIS. Cette aide précieuse nous permit de mieux appréhender les flux SAN lors de notre migration de sauvegarde et même de détecter des fonctionnements anormaux avec la cartographie de Centreon Map.

Rattaché à une cellule informatique locale au sein d’un établissement financier d’une entreprise ferroviaire, je suis responsable de la maintenance opérationnelle d’un datacenter et de l’infrastructure réseau du bâtiment. L’exigence très forte de nos clients internes, la complexité de notre SI national et les nombreux intervenants informatiques nous ont amenés à trouver une solution de monitoring. Notre principale problématique étant de déterminer les points de blocage afin d’informer nos clients internes au plus vite. La solution Nagios/Centreon a été choisie pour sa modularité dans un environnement hétérogène, sa facilité d’installation, ses nombreux plugins. De plus, l’interface graphique de Centreon nous a permis d’accélérer le transfert de compétence de nos collaborateurs.

Volumétrie et nature des systèmes concernés : 
Nous supervisons environ 150 hôtes associés à 760 services comprenant le Datacenter VMware, un SAN et NAS EMC, une architecture iSCSI, l’architecture LAN et plusieurs hôtes sur sites distants pour les besoins de diagnostics. L’intérêt de notre architecture distribuée nous permet de limiter le polling sur les routeurs de niveau 3 en dédiant un poller à chaque sousréseau. Nous utilisons un serveur Syslog ainsi que son module associé pour Centreon afin de centraliser tous les logs (ESX, Brocade, Linux, etc.). Nous avons rajouté les événements de nos serveurs Windows grâce à l’extension CentreonE2S. Nous avons gagné un temps précieux pour la surveillance des logs de serveurs.

Quels étaient les besoins de votre organisation en matière de supervision et quels étaient les enjeux de ce projet ? 
Mon intérêt pour la supervision informatique est une longue histoire. Issu de la signalisation ferroviaire et connaissant déjà les problématiques de dysfonctionnements complexes ne pouvant se résoudre qu’avec des enregistreurs et des appareils de mesure, mes premiers projets informatiques se sont axés sur des solutions de monitoring du système d’information. Il n’y a rien de plus désagréable que d’être informé d’une panne informatique sur un serveur, par exemple, par vos utilisateurs. J’ai donc débuté avec Netsaint devenant Nagios. Mais sa configuration est laborieuse à mettre en place en ligne de commande. Très vite, j’ai cherché une solution d’interface graphique et tout naturellement mon choix s’est arrêté sur un projet prometteur s’appelant Oréon… Je veux parler, bien sûr, de Centreon qui deviendra mon choix de prédilection. Le challenge, dans l’équipe informatique actuelle, a été de proposer une solution de supervision la moins intrusive possible et d’améliorer les tâches de maintenance courante. Le choix s’est naturellement dirigé vers une solution libre Nagios avec Centreon. Nous avons commencé par un serveur Central puis au fur et à mesure du nombre de points de service créés, notre architecture s’est enrichie d’un satellite et d’un serveur Syslog, ainsi qu’un système « failOver » pour nous alerter en cas de défaillance du serveur Central. Actuellement, notre supervision fonctionne en architecture distribuée sous environnement VMware. Ce choix a été motivé par la souplesse, la sécurisation procurée par un Cluster d’ESX et aussi par la configuration monosite de notre organisation. Nous avons même détecté des incidents de sécurité qui nous aurait échappé auparavant. Durant la première année d’exploitation de notre supervision, nous avons amélioré nos investigations sur les dysfonctionnements rencontrés par nos utilisateurs. De nouveaux plugins maison ont vu le jour pour gérer les tâches quotidiennes telles que les Quotas sur les baies EMC. La gestion des ACL dans Centreon a permis l’accès à la supervision à toute l’équipe informatique sans risque de sécurité.

Globalement, quel bilan pouvez-vous faire de votre utilisation de Centreon ? 
Le pari était gagné, l’équipe s’est approprié l’outil et avec l’aval de mon responsable, nous avons décidé de passer à la vitesse supérieure. Dans un premier temps, la formation Méthodologie et administration d’une plateforme de supervision Centreon dispensée par la société Merethis m’a permis de rationaliser la gestion de la configuration et de consolider mes bases acquises aux cours de mes expériences précédentes. Cerise sur le gâteau, j’ai obtenu la certification 101 à la suite de cette formation. L’acquisition de Centreon Map consolide l’expérience utilisateur pour nos collaborateurs, la recherche d’équipements en défaut est beaucoup plus intuitive. Ce module, par rapport à Nagvis, est plus interactif et ne nécessite pas les nombreuses saisies de cartographies lors des modifications d’équipements. Globalement, l’outil Centreon et ses nombreuses extensions nous donnent entièrement satisfaction, il y a une bonne émulation et les développeurs sont réactifs aux questions et bugs soulevés, pour preuve les nombreuses évolutions du produit. Le support Centreon est une bonne opportunité lorsque l’on veut faire avancer un projet plus rapidement.

Avez-vous reçu le soutien des équipes de MERETHIS, sous quelle forme, et quel est votre sentiment ? 
En dernier lieu, il ne manquait plus qu’une assistance technique pour la gestion de certains points comme la métrologie du SAN ou l’utilisation d’un plugin plus élaboré pour les serveurs ESX. Ce fut fait, il y a quelques mois, avec la venue d’un intervenant MERETHIS. Cette aide précieuse nous permit de mieux appréhender les flux SAN lors de notre migration de sauvegarde et même de détecter des fonctionnements anormaux avec la cartographie de Centreon Map. Le futur sera l’intégration de CentreonBroker et certainement une solution complète Centreon avec CentreonEngine… c’est une autre histoire !

Vous pouvez télécharger l’intégralité de l’interview sur le site de Merethis.

Leave a Reply